Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/michhprg/public_html/wp-content/themes/Divi/epanel/custom_functions.php on line 604
Êtes-vous une personne influente? Vraiment?

Êtes-vous une personne influente? Vraiment?

Étant moi-même passionnée par les communications relationnelles, j’ai été attirée par le livre L’influence durable d’Isabelle Lord, lorsque j’ai lu l’article de Marie-Hélène Chevrefils sur ce même blogue. Elle proposait 8 livres d’auteures à l’occasion de la journée internationale de la femme. Elle le décrivait ainsi :
L’expression «L’influence est la reine du monde », ça vous dit quelque chose? Lorsqu’Alexandre Vinet a écrit ces mots au 19e siècle, il avait compris une chose fondamentale: notre capacité à influencer est un incontournable pour réussir dans le monde des affaires d’aujourd’hui. Or, savez-vous qu’il existe des techniques pour accroître votre influence de manière… durable?»
Bel accroche n’est-ce pas? C’est ce qui m’a amené à lire ce livre, ou plutôt ce guide pratique, de l’auteure québécoise Isabelle Lord. Elle nous présente six dimensions de l’influence durable. Comme je crois qu’absolument tout dans nos façons de communiquer a un impact sur notre influence, son guide pratico-pratique permet de se regarder le nombril dans nos façons de faire et de s’améliorer par étape.

Isabelle Lord en quelques mots

Isabelle Lord, CRHA, est présidente de Lord Communication et experte reconnue de la communication de gestion managériale. Elle collabore également à l’École des dirigeants des HEC de Montréal, à l’Executive MBA Mc Gill-HEC ainsi qu’à l’École d’Entrepreneurship de Beauce. Elle est auteure de 4 autres livres et également blogueuse pour le site Web du journal Les Affaires.

En quoi « L’influence durable » se démarque des autres livres?

Des livres sur les communications, j’en ai lu! Qu’est-ce que ce livre apporte de différent des autres livres sur le sujet? D’abord, l’auteure elle-même le présente comme un guide plutôt qu’un livre et je suis d’accord avec elle. Il est court, bien présenté, avec des concepts clés mis bien en évidence. Il devient donc facile à consulter avant une communication importante. Ensuite, il présente des trucs concrets, faciles à appliquer et mis en contexte pour qu’un gestionnaire s’y reconnaisse. Évidemment, il n’y a rien de magique. L’auteure nous explique ce qu’est l’influence durable et pourquoi c’est important, mais vous devrez y mettre le temps! C’est une compétence à acquérir et, pour s’améliorer, il faut pratiquer. Alors oui, il y a des trucs faciles et rapides à mettre en place pour améliorer vos communications, mais pour devenir influents durablement, nous devons faire des efforts conscients et prendre le temps de se préparer et de s’analyser.

Les 6 dimensions de l’influence durable

1. La clarté

Est-on conscient de l’intention derrière notre message? En d’autres mots, quel est notre objectif? La clarté, c’est aussi au moment où l’on diffuse notre message : Est-ce que mon langage non verbal est approprié? Est-ce que l’autre a compris et accepté mon message?

2. La présence

Tout part de soi. Notre énergie, notre posture, notre regard, notre voix. La voix! C’est mon défi à moi! J’ai définitivement tendance à parler trop vite dans certaines situations et je me sens essoufflée. Et vous, comment va votre présence?

3. La qualité d’interaction

L’art de la question est abordé dans ce chapitre. Il m’a semblé des plus pratique avec sa liste de questions qui permet de vraiment comprendre si l’autre a saisi mon message, d’approfondir la relation et pousser la réflexion.

4. Le courage

Comment aborder les conversations difficiles et négocier avec les émotions, les miennes et celles des autres. Encore une fois, plusieurs illustrations de situations qu’un gestionnaire peut vivre quotidiennement permettent d’avoir une idée précise de comment s’ajuster.

5. L’esprit de corps

Soyez un joueur d’équipe tout simplement! Développez les attitudes essentielles à un bon joueur d’équipe. Présentez vos tableaux de bord sous un nouveau jour. Et, la question qu’on ne se pose jamais: est-ce que les gens ont peur de moi?

6. La réputation

C’est la dimension la plus importante pour s’assurer une influence durable, mais la connaissez-vous? On vous y présente 6 comportements à adopter pour développer votre réputation et la garder. En bref… Il y a une citation d’Henry Ford que j’aime beaucoup. Elle se lit comme suit:
« Le secret du succès, s’il existe, c’est la faculté de se mettre à la place de l’autre et de considérer les choses de son point de vue autant que du nôtre. »
Il dit que c’est le secret du succès. J’ajouterais que c’est le secret d’une bonne communication, qui elle, va nous mener au succès! Ce livre, L’influence durable de Isabelle Lord, tout gestionnaire devrait le lire, parce que dans le feu de l’action, on oublie parfois de s’arrêter pour réfléchir à nos façons de communiquer. Cindy Rivard, présidente Mon site Web www.oyezcommunications.com Mes coordonnées : 418-714-3042 oyez@cindyrivard.com LinkedIn
Pour en savoir plus sur Cindy Rivard Pour se procurer le livre: Coop HEC Montréal Pour voir une vidéo avec Isabelle Lord sur L’influence durable
Étant moi-même passionnée par les communications relationnelles, j’ai été attirée par le livre L’influence durable d’Isabelle Lord, lorsque j’ai lu l’article de Marie-Hélène Chevrefils sur ce même blogue. Elle proposait 8 livres d’auteures à l’occasion de la journée internationale de la femme. Elle le décrivait ainsi :
L’expression «L’influence est la reine du monde », ça vous dit quelque chose? Lorsqu’Alexandre Vinet a écrit ces mots au 19e siècle, il avait compris une chose fondamentale: notre capacité à influencer est un incontournable pour réussir dans le monde des affaires d’aujourd’hui. Or, savez-vous qu’il existe des techniques pour accroître votre influence de manière… durable?»
Bel accroche n’est-ce pas? C’est ce qui m’a amené à lire ce livre, ou plutôt ce guide pratique, de l’auteure québécoise Isabelle Lord. Elle nous présente six dimensions de l’influence durable. Comme je crois qu’absolument tout dans nos façons de communiquer a un impact sur notre influence, son guide pratico-pratique permet de se regarder le nombril dans nos façons de faire et de s’améliorer par étape.

Isabelle Lord en quelques mots

Isabelle Lord, L'influence Durable

Isabelle Lord, auteur

Isabelle Lord, CRHA, est présidente de Lord Communication et experte reconnue de la communication de gestion managériale. Elle collabore également à l’École des dirigeants des HEC de Montréal, à l’Executive MBA Mc Gill-HEC ainsi qu’à l’École d’Entrepreneurship de Beauce. Elle est auteure de 4 autres livres et également blogueuse pour le site Web du journal Les Affaires.

En quoi « L’influence durable » se démarque des autres livres?

Isabelle Lord - Influence Durable

L’influence durable

Des livres sur les communications, j’en ai lu! Qu’est-ce que ce livre apporte de différent des autres livres sur le sujet? D’abord, l’auteure elle-même le présente comme un guide plutôt qu’un livre et je suis d’accord avec elle. Il est court, bien présenté, avec des concepts clés mis bien en évidence. Il devient donc facile à consulter avant une communication importante. Ensuite, il présente des trucs concrets, faciles à appliquer et mis en contexte pour qu’un gestionnaire s’y reconnaisse. Évidemment, il n’y a rien de magique. L’auteure nous explique ce qu’est l’influence durable et pourquoi c’est important, mais vous devrez y mettre le temps! C’est une compétence à acquérir et, pour s’améliorer, il faut pratiquer. Alors oui, il y a des trucs faciles et rapides à mettre en place pour améliorer vos communications, mais pour devenir influents durablement, nous devons faire des efforts conscients et prendre le temps de se préparer et de s’analyser.

Les 6 dimensions de l’influence durable

  1. La clarté

Est-on conscient de l’intention derrière notre message? En d’autres mots, quel est notre objectif? La clarté, c’est aussi au moment où l’on diffuse notre message : Est-ce que mon langage non verbal est approprié? Est-ce que l’autre a compris et accepté mon message?
  1. La présence

Tout part de soi. Notre énergie, notre posture, notre regard, notre voix. La voix! C’est mon défi à moi! J’ai définitivement tendance à parler trop vite dans certaines situations et je me sens essoufflée. Et vous, comment va votre présence?
  1. La qualité d’interaction

L’art de la question est abordé dans ce chapitre. Il m’a semblé des plus pratique avec sa liste de questions qui permet de vraiment comprendre si l’autre a saisi mon message, d’approfondir la relation et pousser la réflexion.
  1. Le courage

Comment aborder les conversations difficiles et négocier avec les émotions, les miennes et celles des autres. Encore une fois, plusieurs illustrations de situations qu’un gestionnaire peut vivre quotidiennement permettent d’avoir une idée précise de comment s’ajuster.
  1. L’esprit de corps

Soyez un joueur d’équipe tout simplement! Développez les attitudes essentielles à un bon joueur d’équipe. Présentez vos tableaux de bord sous un nouveau jour. Et, la question qu’on ne se pose jamais: est-ce que les gens ont peur de moi?
  1. La réputation

C’est la dimension la plus importante pour s’assurer une influence durable, mais la connaissez-vous? On vous y présente 6 comportements à adopter pour développer votre réputation et la garder. En bref… Il y a une citation d’Henry Ford que j’aime beaucoup. Elle se lit comme suit:
« Le secret du succès, s’il existe, c’est la faculté de se mettre à la place de l’autre et de considérer les choses de son point de vue autant que du nôtre. »
Il dit que c’est le secret du succès. J’ajouterais que c’est le secret d’une bonne communication, qui elle, va nous mener au succès! Ce livre, L’influence durable de Isabelle Lord, tout gestionnaire devrait le lire, parce que dans le feu de l’action, on oublie parfois de s’arrêter pour réfléchir à nos façons de communiquer. Cindy Rivard, présidente Mon site Web www.oyezcommunications.com Mes coordonnées : 418-714-3042 oyez@cindyrivard.com LinkedIn
Pour en savoir plus sur Cindy Rivard Pour se procurer le livre: Coop HEC Montréal Pour voir une vidéo avec Isabelle Lord sur L’influence durable

Caroline Clément, chroniqueuse de livres en entreprise

Mon entreprise : Chronique Livres en Entreprise

Mon slogan d’entreprise : Chronique Livres, ou comment mieux lire l’entreprise

Dans mon milieu ou auprès de mes clients, je suis connue pour …

La qualité de mon écoute, mais aussi pour mon goût de l’écrit, des mots, et mon attachement à la richesse de la langue française.

Ce que je développe ou ce qui me passionne en ce moment dans ma profession est…

De promouvoir le livre et la lecture : être actrice à part entière de la chaîne du livre ! J’ai été libraire durant douze ans au sein d’une grande librairie indépendante française et j’aime toujours autant rencontrer, partager, échanger et bien sûr, au-travers du livre, susciter l’envie et la curiosité.

Mes sources privilégiées d’information d’affaires sont…

Les livres, les revues et journaux spécialisés, les sites internet des maisons d’édition, les recommandations de mon réseau.

En littérature d’affaires mes goûts vont vers…

Les sciences humaines : sociologie, philosophie, psychologie… Parce que l’entreprise est une affaire pleinement humaine !

Un livre d’affaires qui m’a beaucoup marqué est :

Un monde meilleur : et si lintelligence artificielle humanisait notre avenir ?, d’Hervé Cuillandre, aux éditions Maxima.

Face à un avenir digital qui a de quoi inquiéter les femmes et les hommes au plus haut point, l’auteur défend avec force et conviction une humanité qui doit s’affirmer sans délai, qui a toutes les cartes en main pour composer intelligemment avec, et non contre, la robotisation et la digitalisation.

J’ai moi-même écrit un livre : Devenir, un chemin de vie, éditions Coiffard, 2010, biographie co-écrite avec Sylvain Lejeune, chef d’entreprise à Nantes. Ce livre est le témoignage d’une ascension professionnelle, d’une réussite personnelle et familiale.

Les qualités que j’admire le plus chez les entrepreneurs et chef d’entreprises

J’admire leur persévérance, leur énergie chaque jour renouvelée, leur art de s’entourer des bonnes personnes, leurs valeurs quand ils parviennent à les défendre, la pérennité de leurs entreprises.

Expression préférée

Un livre en cache toujours un autre.

Ma contribution au Club de lecture Affaires

Je propose de rédiger régulièrement quelques chroniques sur des livres récents, traitant de l’actualité des problématiques rencontrées en entreprise (écologie humaine, intelligence collective, management…). Les thèmes sociologiques, psychologiques, philosophiques retiennent tout particulièrement mon attention.

Mon site Web : https://lirelentreprise.com/

La meilleure façon de rester en contact avec moi :  alacle@live.fr et site internet.


Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/michhprg/public_html/wp-content/themes/Divi/epanel/custom_functions.php on line 604
Êtes-vous une personne influente? Vraiment?

André Lavigne présente Chris Voss : Never Split The Difference

Never Split The Difference: Negotiating As If Your Life Depended On It de Chris Voss

andre-lavigneNe jamais couper la poire en deux! Voici un ouvrage sur la négociation qui présente le sujet sous un angle différent. L’auteur, Chris Voss a choisi d’ajouter une composante émotive à des outils et techniques de négociation.

Voici mon survol du livre avec les concepts les plus intéressants et mes commentaires de passionné de la négociation.

Qui est Chris Ross?

L’auteur a été négociateur en chef pour le FBI dans l’unité de négociation de crise (CNU, Crisis Negotiation Unit); d’où l’aspect de vie ou de mort en cas d’échec ou encore l’impossibilité de ramener vivant seulement la moitié d’un otage (sic).

L’auteur est fondateur de la firme-conseil  Black Swan Group, spécialisée en formation, accompagnement et recherche en stratégies de négociation. Il partage dans ce livre des exemples de situations de crise et donne une perspective d’apprentissage et de meilleures pratiques applicable dans vos défis quotidiens, car, je le cite: la vie est négociation.

La question à laquelle on veut une réponse en débutant la lecture de ce livre est : Comment des techniques de négociation utilisées par les agences de contre-terrorisme et d’unités policières spécialisées peuvent-être pertinentes ou seulement réalisables afin d’atteindre notre objectif?

Points saillants

D’abord, l’auteur utilise des exemples de situations de crise afin d’expliquer la genèse de ses nouvelles méthodes qu’il propose.  Au cœur de ces outils, un concept de base :  Plutôt que de séparer les émotions du cours de la négociation, il privilégie l’utilisation d’émotion comme levier, car à l’instar d’une crise de prise d’otage l’émotion est toujours présente. Le désir de ne pas se faire abattre par des snipers est similaire à celui de ne pas perdre son emploi parce qu’on est dans les deux cas trop agressif dans la négociation (à des niveaux différents évidemment).

Cette façon de voir la négociation va à l’encontre des grandes théories développées par Roger Fisher et William L. Ury dans le livre : Getting to Yes (Comment réussir une négociation).  Ces théories reprises, enseignées au programme de négociation au Harvard Law School sont pratiquées depuis près de 40 ans et ce, partout au monde. Des concepts similaires, dans une pléiade d’ouvrages de ce genre font référence à ce qu’on appelle la négociation raisonnée (en mettant les émotions de coté et l’emphase sur les faits et le coté rationnel de la prise de décisions).

Aperçu de concepts clés pour réussir ces négociations

Parmi les concepts permettant de mettre en pratique l’utilisation d’une psychologie orientée résultat, le premier concept est l’établissement du rapport avec l’autre partie.  Plusieurs techniques sont décrites avec exemples et études à l’appui :

  • Devenir le miroir de l’autre afin qu’il se reconnaisse en nous.
    • Cette technique, utilisée avec calme et maîtrise de ses propres émotions, permet de créer un climat de confiance où le dialogue devient possible. L’auteur propose d’utiliser un timbre de voix similaire à un animateur radio de fin de soirée.
  • L’empathie tactique est une façon de comprendre l’autre (se mettre dans ses souliers), mais en utilisant l’intelligence émotionnelle, transformer la perception de l’autre et lui faire accepter notre réalité. Et de ce fait, gagner la permission de persuader.
    • Ce qui nous fait réfléchir sur la question : est-ce que persuader c’est manipulé? Selon l’approche de l’auteur,  ce n’est pas le cas si on met la personne en priorité et lui fait accepter notre réalité. Alors l’autre se persuadera lui-même, ce qui est différent de la manipulation dont l’objectif est de nous faire gagner sans considération des conséquences pour l’autre.
  • Apprendre à apprécier. Se faire dire non est souvent de ce que nous avons le plus peur dans une négociation alors que l’apprivoiser nous permette de conclure avec plus de succès et de facilité.  Souvent on utilise une technique de questions demandant un oui pour créer un environnement positif alors qu’un non engage la conversation et ainsi rends l’autre plus confortable, en sécurité et en contrôle, car on accepte qu’ils nous disent : « attend, je ne comprends pas » ou encore « je ne suis pas prêt ».
  • L’importance d’être en synchronisation avec notre équipe. Pour  conclure une négociation, tous les membres de notre équipe doivent être au courant de notre stratégie afin d’éviter des messages contradictoires (ou simplement différents) qui feront échouer nos discussions.
  • N’abandonnez pas, l’autre partie ne le fera pas. Allez jusqu’au bout, car un compromis n’est jamais un résultat positif ni pour un ni pour l’autre.  L’auteur donne deux exemples: il est impossible de ramener la moitié d’un otage ou si vous voulez porter des souliers noirs et votre épouse veut que vous portiez des bruns alors un soulier de chaque couleur ne sera jamais un compromis acceptable.
  • Cherchez à connaître toute l’information possible et surtout l’information que vous ne vous attendez pas à trouver possible. L’auteur nomme ces informations des cygnes noirs (Black Swan, d’où le nom de son entreprise) en référence à ce que l’on croyait impossible de trouver.  En effet, au 17e siècle, personne en Europe n’avait vu autre chose que des cygnes blancs et ce n’est que lors du voyage en Australie-Occidentale d’un explorateur hollandais que le premier cygne noir a été aperçu et répertorié.

Conclusion

En réponse à la question initiale ; oui, les techniques et les outils utilisés pour régler des crises sont pertinents lors de nos négociations courantes. Cependant, à la lumière des exemples et des études citées par l’auteur, elles apparaissent essentielles. L’utilisation des émotions comme levier de compréhension de l’autre ainsi que l’utilisation d’éléments d’informations qui l’affecte dont primordiales pour lui permettre de voir la solution du même angle que nous.

Verdict

Je suis en accord avec l’auteur sur l’ensemble des techniques, car elles sont alignées aux enseignements de la programmation neurolinguistique auxquels j’adhère et j’utilise dans ma pratique.  Je suggère la lecture de ce livre après avoir lu Getting to Yes afin d’avoir une perspective globale ( raison ET émotion) pour augmenter votre succès dans vos négociations.

Personnellement, et peut-être comme vous, je me dois d’arrêter de juger trop rapidement un livre par son titre.  C’est la deuxième fois que je me fais prendre à ce jeu (la première fois étant Convaincre en 90 secondes, ou moins un livre fantastique sur comment établir le rapport à l’autre). Je n’ai trouvé que la version anglaise, je ne serais pas surpris de voir une version française sous peu. Bonne lecture.

André Lavigne

Collaborer et agir. Mieux et autrement de Nathalie Sabourin et France Lefebvre

À l’ère de la mondialisation et de la révolution technologique, l’agilité, l’innovation, la collaboration et le leadership sont au cœur des priorités stratégiques des dirigeants. Ce guide présente le groupe de codéveloppement professionnel, un moyen efficace pour propulser le potentiel de chacun, tout en solidifiant la performance des organisations.

Ce guide présente le groupe de codéveloppement professionnel: une approche innovante pour propulser le potentiel de chacun, tout en solidifiant la performance des organisations. Tout chef d’entreprise, responsable ou professionnel de l’accompagnement y découvrira la démarche pour implanter efficacement cette approche dans son milieu.

Les auteures partagent leurs conseils pratiques et éclaires: les principes de base et les objectifs d’un groupe de codéveloppement professionnel, la description des trois rôles clés des participants, les sept étapes du déroulement d’un atelier, le diagnostic préalable à l’intégration de cette approche dans une organisation, la création et le lancement des groupes, la facilitation des ateliers, la mesure des retombées, le tout agrémenté de nombreux exemples, témoignages et cas vécus.

Cet ouvrage figure à la programmation du Sommet du livre 2017.

Pour se procurer le livre – Coop HEC Montréal


Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/michhprg/public_html/wp-content/themes/Divi/epanel/custom_functions.php on line 604
Êtes-vous une personne influente? Vraiment?

Les trois leçons professionnelles du livre Moi, Malala, autobiographie

Malala Yousafzai vous connaissez ? En luttant pour l’éducation, elle a changé le monde…

Voici trois leçons que j’ai apprises de l’autobiographie officielle de cette grande militante pour le droit à l’éducation des femmes. Qui sait, elles pourraient peut-être vous inspirer ?

L’ouvrage « Moi, Malala » a été sélectionné à la suite à la parution de mon billet « Quel livre choisir, Marie-Hélène vous le demande »! En effet, vous avez été nombreux à me faire part de votre préférence pour ce livre à ma prochaine chronique. Un livre bien différent de ce que j’ai l’habitude de vous proposer au Club de Lectures Affaires. Un livre toutefois rempli de leçons de vie qui pourrait vous inspirer professionnellement…

Qui est Malala?

Malala est une jeune femme pakistanaise. Fille ainée d’une famille de trois enfants, elle étudie au sein d’une école pour filles fondée par son père. Fervent défenseur de l’accès à l’éducation des filles, il possède plusieurs écoles qu’il finance lui-même parfois de peine et de misère. Malala quant à elle, est la digne fille de son père. Elle adore apprendre, prendre part aux débats et se fait même un devoir de devenir et demeurer première de classe!

Une ombre sur la vallée…

Son récit débute d’ailleurs alors qu’elle se rend à l’école comme tous les matins. Tout comme ses homonymes féminins, elle a accès à l’éducation depuis des années. Or, cette année-là, une ombre se dresse tranquillement sur la vallée où elle réside. En effet, des talibans pakistanais ont fait leur arrivée et instaureront petit à petit un climat d’obscurantisme et de terreur au sein de sa région. Au fil des années, elle se verra interdire ce qui donne un sens profond à sa vie, soit l’instruction. En effet, les talibans décréteront que l’éducation des femmes est une pratique non islamique et que conséquemment, elle sera interdite.

La voix de la majorité silencieuse

Depuis l’arrivée des talibans, plusieurs journalistes de divers pays s’intéressent à la situation vécue par les citoyens pakistanais. En 2009, alors que la BBC est à la recherche d’un témoignage traitant des conditions de vie régnant au sein du pays depuis l’arrivée des talibans, Malala propose à l’un d’entre eux de tenir un journal qui fera état de ce qu’elle vit depuis leur arrivée. Malgré les craintes de sa famille, elle sera tout de même encouragée par celle-ci à briser le silence et permettre au monde entier de découvrir le drame se produisant au sein de son pays.

Ses témoignages seront accueillis favorablement dans le monde entier et ceux-ci gagneront en visibilité et en popularité, sauf, vous l’aurez compris, auprès des talibans.

D’ailleurs, en 2010, le New York Times décide de réaliser un documentaire au sujet de sa vie pendant l’occupation des talibans. Et vous savez quoi ? Elle le fera à visage découvert…révélant ainsi son identité.

La tentative d’assassinat

En octobre 2012, alors qu’elle se dirigeait à sa dernière journée d’école, Malala est victime d’une tentative d’assassinat. Inconsciente et dans des conditions critiques, elle se réfugie au Royaume-Uni afin de guérir de ses blessures. Elle ne retournera plus dans son pays d’origine, mais militera activement pour l’éducation féminine. Son combat, dit-elle, sera maintenant plus global. En effet, dans le monde, 60 millions d’enfants n’ont pas accès à l’éducation. Cette situation doit changer. En 2013, elle prononcera son premier discours aux Nations Unies sur le sujet et en 2014, elle obtiendra même le prix Nobel de la paix!

Quel parallèle effectuer avec notre vie professionnelle ? Voici ce que je retiens…

  • Importance d’avoir un modèle afin de nous aider à croire et à réaliser nos ambitions et objectifs professionnels. Malala avait un modèle qui l’inspirait au quotidien à vouloir persévérer dans ses études. Son objectif, devenir brillante et indépendante de fortune, tout comme la directrice adjointe de l’école où elle étudiait. Cette femme était, selon elle, le symbole de la réussite, et ce, surtout dans un pays où la majorité des gens considère que d’éduquer une fille est une perte de temps. Et vous, quelle ambition professionnelle chérissez-vous ? Avez-vous un ou des modèles pour vous inspirer au quotidien à atteindre vos objectifs ?
  • Importance de ne pas rester silencieux face aux objectifs professionnels que nous souhaitons atteindre. D’en parler ouvertement à quiconque voudra bien écouter. De nommer les obstacles pouvant nous empêcher de les réaliser. D’obtenir de l’aide au besoin. Alors que son village était attaqué, Malala n’est pas restée silencieuse. Elle a dénoncé la situation à la télévision, à la radio et dans les journaux. Son objectif était clair : redonner le droit aux femmes de se scolariser. Votre objectif pourrait contribuer au bien-être de la collectivité ? Pourquoi ne pas devenir, tout comme Malala, la voix d’une majorité silencieuse ? La voix de personne chérissant la même ambition que vous ? C’est ainsi que nous allons réinventer les organisations. Votre objectif vous concerne davantage ? Pourquoi ne pas en parler également à votre gestionnaire, vos collègues ? Pourquoi ne pas leur demander de l’aide pour le réaliser ?
  • Importance de bien s’entourer afin de garder l’accent sur nos objectifs et obtenir le support dont nous avons besoin pour faire face à l’adversité. Dans sa quête, Malala a toujours été encouragée par ses parents. Ces encouragements, à mon avis, ont forcément eu un impact positif sur sa persévérance tout au long de son parcours. Et vous, êtes-vous entouré de gens qui croient en vos convictions, vos ambitions ? Bénéficiez-vous de leur support lorsque le moral est plus difficile à converser ? Prenez-vous la peine de célébrer vos succès ?

Quels que soient vos ambitions et objectifs professionnels, je vous encourage fortement à identifier un modèle inspirant, à parler de vos buts ouvertement et à bien vous entourer afin d’améliorer vos chances de réussite. Qui sait, vous pourriez être surpris des résultats…

Bonne réflexion !


Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/michhprg/public_html/wp-content/themes/Divi/epanel/custom_functions.php on line 604
Êtes-vous une personne influente? Vraiment?

Lydie Coupé experte en conseil éditorial devient collaboratrice au Club

Mon nom : Lydie Coupé

Ma profession : Je suis consultante indépendante dans le domaine des communications corporatives. Mon agence Affaire de contenu offre du conseil éditorial et des services de rédaction stratégique et d’affaires pour les hautes directions d’entreprises, d’organismes, de municipalités, ou de groupes d’influence.

La meilleure façon de rester en contact avec moi : (affairedecontenu@gmail.com ou LinkedIn)

Dans mon milieu ou auprès de mes clients, je suis connue pour être une boule d’énergie positive. J’ai un « don » pour ressentir rapidement les émotions des autres. C’est peut-être pour cette raison que j’aime particulièrement relever le défi de retranscrire sur papier (ou en mots) des pensées ou des réflexions encore en tête chez les autres.

Ce que je développe ou ce qui me passionne en ce moment dans ma profession.

Je suis une fille de contenus, de fond. Dans une autre vie, j’aurais voulu être une journaliste ou chroniqueure ou une animatrice d’une émission radio ou télé d’affaires publiques. C’est peut-être la raison pour laquelle où, même dans un contexte où les contenus sont au régime minceur, je persiste à m’inscrire comme journaliste d’entreprise.

Mes sources privilégiées d’information sont : la radio généraliste, les magazines d’affaires publiques et le web. Toutefois, je dois dire que la radio a une place spéciale dans ma vie alors que mon premier réflexe du matin est d’allumer le poste pour l’éteindre seulement au coucher. À mon arrivée au Québec, le premier objet que je me suis procuré a été un poste de radio pour mieux m’approprier la culture de mon pays d’origine. Les lignes ouvertes de sport sont d’ailleurs une entrée en matière fort instructive…

Un livre d’affaires qui m’a beaucoup marqué ou plus est : je ne peux malheureusement pas en citer un en particulier, mais mes dernières lectures comme les ouvrages d’Isabelle Lord sur la communication de gestion ou encore le tout nouveau guide pratique Collaborer et agir | Mieux et autrement des auteures Nathalie Sabourin et France Lefebvre (dont j’ai assuré la révision linguistique) ont été des sources d’inspiration sur des sujets que je peux appliquer dans ma propre pratique professionnelle.

J’ai moi-même écrit un livre : ce n’est pas le cas – pas encore ! – mais c’est un rêve que je caresse depuis longtemps et que je vais sans aucun doute réaliser un jour. Est-ce un livre d’affaires ? Un roman ? Un recueil de nouvelles ? À suivre…

Au sein du club, j’apporte ma touche rédactionnelle pour mettre en lumière les activités et les auteurs à découvrir. Je dois dire que ma collaboration avec le Club a trouvé sa source dans sa vision de mettre en relation les uns et les autres. Une approche humaine incarnée par sa fondatrice, Micheline Bourque. En plus de son accent acadien hyper chaleureux, celle-ci dégage à la fois une force vers l’avant contre vents et marées, et une attention douce et non forcée envers chaque personne qui sait l’inspirer. Collaborer au développement de son Club de lecture Affaires a été pour moi dès le départ une évidence.

Les qualités que j’admire le plus chez les entrepreneurs et chef d’entreprises : il y en a plusieurs mais je citerais le courage de sauter dans le vide, la résilience, une grande capacité d’adaptation, une intelligence émotionnelle, une ouverture sur les autres et sur le monde, le refus de la routine et le goût de l’expérimentation.

Expression préférée  :

« C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule. » (Michel Audiard) ou « Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion. » (Saint-Augustin)