“Le but”, un thriller industriel de Eliyahu M. Goldratt intrigue le Club de lecture affaires.

J Bergevin et G MigneaultLe Club de lecture Affaires se tourne vers un ouvrage de management fort connu, un classique de la littérature d’affaires qui a inspiré par son approche unique, “Le but, l’excellence en production”.

Julie Bergevin et Gaétan Migneault du Groupe Adèle ont fait le choix de cet ouvrage original et le présenteront aux panélistes lors du Hangouts du 20 novembre prochain.

On dit du livre “Le But” publié en anglais dès 1984 par Eliyahu Goldratt et traduit en français deux ans plus tard, qu’il devrait être lu par toute personne s’intéressant au management. Son originalité réside dans le fait que Goldratt a choisi d’illustrer sa théorie sur la productivité non pas sous la forme d’un ouvrage didactique mais plutôt en racontant une histoire, une sorte de “thriller industriel”.

L’histoire d’Alex et de son entreprise manufacturière a été vendue à des millions d’exemplaires et traduite en 23 langues. Elle s’est étendue, il va sans dire, à la planète entrepreneuriale. Pour l’auteur, son livre est en est un “sur la science et l’éducation”. Il invite les lecteurs à participer à l’histoire d’Alex dans sa recherche de solutions pour assurer la réussite de son entreprise. Ces solutions, il les trouvera dans la Théorie des contraintes.

Qui est Eliyahu Goldratt?

Conseiller en management de renommée internationale, Eliyahu Goldratt est un “agitateur d’idées”, un pourfendeur des idées reçues” selon certains. Ses ouvrages s’adressent aux dirigeants qui sont ouverts à “remettre en cause les pratiques et le mode de pensée conventionnel qui font obstacles au progrès”.

Diplômé de l’université de Tel Aviv en Israël, Goldratt a ensuite obtenu une maîtrise en sciences et un doctorat en philosophie. En 1982, il devient actionnaire principal d’une entreprise de développement de logiciels. À la suite de la parution de deux ouvrages, “The Unbalanced Plant” puis ” The Goal : Excellence in Manufacturing” il fonde, en 1986, l’Avraham Goldratt Institute. Depuis, sa compagnie n’a cessé de croître et dispose de nombreux bureaux spécialisés dans l’application de la Théorie des contraintes. Il a également publié de nombreux textes sur le sujet.

Eliyahu M. Goldratt est le père de la Théorie des contraintes (TOC) qu’il a popularisé, ou mieux propulsé, dans son roman “Le but”. Le concept été repris par d’autres organisations. Il a aussi été combiné des théories comme celles du Lean et du Juste-à-temps.

Le But de Eliyahu M. GoldrattLa Théorie des contraintes, ou TOC (Theory of Constraints)

La prémisse : Toute organisation, quelle qu’elle soit, possède en son sein un processus qui limite le flux de production qu’elle génère et crée un déséquilibre.

Le constat : Le flux est limité par les contraintes que sont les goulots d’étranglement et qui ralentissent le rendement global de l’organisation.

La solution : Il faut être capable de prendre la mesure des goulots comme des non-goulots de l’organisation et apprendre de chacun. L’objectif est de mener l’entreprise dans une perspective d’amélioration continue.

Une invitation, pour se faire une idée sur le TOC de Goldratt!

Un panel de haut niveau vous attend et sera annoncé très prochainement. Donc, procurez-vous le livre,  publié chez Québec Amérique en 1987 et  disponible chez Archambault ou encore, empruntez-le à la Bibliothèque Nationale pour les Montréalais.

Le panel est formé et est prêt!

Mathieu Laferrière, Consultant, spécialiste LinkedIn, Conseiller et formateur

Christine Chartier, Présidente CGMA Coaching

Cindy Rivard, Présidente, Oyez Communication Formation

Dans le rôle de l’observateur, découvrez Frédéric Moreau, de PÔL Digital 

Pour en savoir davantage sur ce livre marquant sur la gestion d’une entreprise, venez écouter les panélistes du Club de lecture Affaires lors du Hangouts du 20 novembre prochain.

Pour vous inscrire à l’événement Google Hangout: Cliquer sur ce lien

En revue: Le But de Eliyahu Goldratt

 

Bibliographie: Eliyahu.M. Goldratt et Jeff Cox, Le But, l’excellence en production. Éditions Québec Amérique, @1987

 

Gérer dans l’action de Mintzberg, ou la réalité complexe du gestionnaire

« Apprendre ensemble par le savoir des autres », telle est le slogan du Club de lecture Affaires et, dans cette optique, un panel volubile et « allumé » présente et critique un ouvrage portant sur l’exercice de la gestion : Gérer dans l’action de Henry Mintzberg.

Sans conteste, Henry Mintzberg est un auteur internationalement reconnu pour ses ouvrages de management. Son livre Gérer dans l’action  est proposé et présenté par Patrick Perras, et brillamment critiqué par nos panélistes. Chacun y a apporté sa dose d’enthousiasme, mais aussi de réserve par rapport à l’approche plus scientifique de l’auteur, universitaire canadien en sciences de gestion. La note de 4,5 sur 5 confirme l’intérêt que représente ce livre comme outil essentiel à tous bons gestionnaires soucieux de « mieux comprendre ou de mieux se comprendre », comme le suggérait Patrick Perras, l’ardent défenseur du livre!

Pour vous permettre de vous faire également une opinion, voici quelques extraits des argumentaires de nos panélistes, ainsi que l’hyperlien qui vous permettra d’écouter en entier cette visioconférence…

Le panel du Club de lecture en mode Hangout!

Patrick Perras, présentateur du livre du mois et panéliste

En préambule, Patrick nous informe que Henry Mintzberg représente une sommité pour quiconque a fait son MBA! Ses écrits peuvent paraître ardus, car ils sont basés sur des recherches scientifiques poussées. Cependant, chaque gestionnaire qui se questionne, y trouvera une source d’inspiration pour mieux comprendre, ou se comprendre, dans le métier de gestionnaire. Personnellement, Patrick s’est reconnu presqu’à chacune des pages, à chacun des chapitres. Selon lui, tous les gestionnaires devraient se référer à ce genre de littérature. Il croit également que la lecture de cet ouvrage par une personne qui désire passer de spécialiste à entrepreneur, pourrait lui permettre de mieux comprendre la gestion et pourrait s’enrichir de ces propos.

Patrick ajoute, en conclusion, que la gestion doit être engagée, engageante et connectée. Il faut promouvoir la connexion, en bout de ligne il faut qu’elle soit simple, naturelle et saine.

Fabienne Fayad, panéliste

Beaucoup d’intérêt pour ce livre, car l’auteur a une approche différente des autres écrivant sur le même sujet. Seul bémol, c’est qu’il soit un peu trop basé sur des recherches, ce qui représente un moindre intérêt pour le public en général. Cependant, le chapitre 6 (à partir de la page186) offre un résumé plus accessible. Il ramène à du vécu et répond à l’incompréhension des autres sur le travail du gestionnaire. Fabienne a apprécié les exemples donnés car elle s’y reconnaissait. Elle recommanderait « Gérer dans l’action»à tout le monde, surtout à ceux qui ont des diplômes en gestion de projets mais pas de pratique !…

Johanne Landry, panéliste

Johanne estime que ce livre s’adresse à un lecteur averti, compte tenu du niveau de difficulté de lecture. Mais elle l’a bien aimé car, ayant été gestionnaire pendant 25 ans, elle s’est sentie légitimer dans son ressenti de gestionnaire, par les exemples et les citations qu’elle y a trouvés. Elle a particulièrement apprécié la qualité de l’écriture, des métaphores, et des questions puissantes que tous gestionnaires devraient se poser et qu’elle propose très souvent à ses clients (p. 206-208). Elle mentionne aussi que les modèles présentés aident à la compréhension du système dans lequel le gestionnaire navigue, il met l’accent sur l’importance de l’expérience pour le gestionnaire. Johanne conclut que ce livre doit faire partie de la bibliothèque d’un gestionnaire, et de ceux qui les entourent : coachs, formateurs…

Mila Araujo, panéliste

Si le lecteur n’est pas un gestionnaire, Mila n’est pas certaine que le livre soit intéressant car il peut sembler « chaotique ». Mais si le lecteur gère d’autres gestionnaires, alors Gérer dans l’action  peut aider beaucoup car il touche les différents aspects de ce travail. Elle trouve intéressant qu’il démontre une importance à la communauté dans l’organisation et au rôle du gérant dans le travail. Aussi le fait que les gestionnaires sont généralement évalués par des chiffres, alors qu’il y a beaucoup plus à considérer. Elle propose ce livre aux gestionnaires ou au propriétaire de compagnie, car cela leur donnera une compréhension de ce qu’un gérant peut vivre quotidiennement, et d’autres points de vue intéressants.

Christine Chartier, observatrice

Mission accomplie! Après l’écoute de tous ces commentaires et critiques passionnés, Christine a été interpellée par les notions d’efficacité, les paradoxes, les situations décrites, la légitimité, la communauté… toutes des valeurs qui la rejoignent. Elle planifie donc lire à son tour ce livre pendant ce beau long week-end de la Fête du Travail!

Un des participants en ligne, Mathieu Laferrière, a posé une question au panel, qui s’est avéré très pertinente, donnant lieu à de nouveaux échanges instructifs : si on applique le principe 80/20 aux 52 qualités (décrites dans le livre) quelles sont les 10 qualités les plus importantes, celles qui auront le plus d’impact? La réponse fut unanime: cela dépend du gestionnaire ; cela dépend également du contexte. Cependant, deux (2) qualités sont ressorties comme étant essentielles à tous gestionnaires : l’authenticité et l’adaptabilité. Pour les autres, … ça dépend!!!

L’animatrice, Micheline Bourque, a apprécié le côté humaniste du livre et conclut qu’il lui a permis de constater que le travail du gestionnaire est un travail de communication. Elle souligne également ce qui semble être une nouvelle approche des éditions Transcontinental, en ce qui a trait aux éléments graphiques : surlignage – caractères gras – questions – graphiques, qui facilitent le travail du lecteur.

En conclusion, nous avons eu droit à des échanges fort enrichissants et déterminants dans le processus décisionnel du lecteur. Lira, lira pas? Laissez-vous inspirer par ce panel de professionnels passionnés…!

Remerciements à Camille Price-Piché, consultante en communications et animatrice de l’événement sur le Web. Et une mention toute spéciale à Ray Hiltz, spécialiste de notoriété internationale dans la gestion de l’univers Google+, pour son soutien technique tout au long de ce hangout – prise 2 !

 

 

 

 

 

 

 

Gérer dans l’action, du réputé Henry Mintzberg, interpelle le Club de lecture Affaires

Henry Mintzberg Gérer dans l'actionGérer dans l’actionécrit par le grand oracle de la gestion Henry Mintzberg est le livre proposé au Club de lecture Affaires par Patrick Perras, Trésorier de PMI Montréal. Le Club de lecture a récemment conclu une entente avec l’organisation pour la tenue de leur prochain symposium.  Ce symposium est organisé annuellement par la section Montréal de l’Association professionnelle des gestionnaires de projets au Québec. Dans une perspective de rapprochement amical, le Club a invité Monsieur Perras, Doctorant à l’ESG-UQAM, à venir vivre l’expérience du panel de lecture et nous en sommes ravis!

Nouvelle mouture du livre “Gérer (tout simplement)” publié en 2010 et auparavant en anglais sous le titre “Management”, “Gérer dans l’action” se veut un outil pratique qui rassemble le meilleur de la première publication, car dit-on, les gestionnaires n’ont pas de temps à perdre… Avant d’aller plus loin, voici quelques mots sur l’auteur.

Henry Mintzberg en bref

Henry Mintzberg est un fin observateur des organisations, doublé d’un chercheur avisé. Très tôt dans sa carrière il s’est intéressé à la structure et au fonctionnement des organisations. Il a analysé de très près leur dynamique et il en a fait l’anatomie complète, si l’on peut dire.

Diplômé de l’Université McGill, il est titulaire de la chaire Cleghorn en gestion. Détenteur d’un doctorat de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT), ce spécialiste en sciences des organisations fait autorité dans le monde. Il enseigne aussi en France, en Angleterre et aux États-Unis, en plus de donner des conférences dans plusieurs pays.

Son grand intérêt pour le travail des gestionnaires l’a amené à développer depuis une vingtaine d’années une nouvelle approche éducative en gestion et son développement. Il a publié non moins de 16 ouvrages et de nombreux articles sur le sujet. Son site Internet fait part de ses récentes activités dont un projet novateur qui témoigne de son humanisme et sur lequel il travaille depuis 2009, “Rebalancing society, beyond left, centre and right”. (Mintzberg.org)

Gérer dans l’action – du concret!

Le titre de cet ouvrage vise en plein dans le mille, la gestion est affaire d’action! Les hommes et les femmes qui le vivent au quotidien le savent… Dans une entrevue qu’il accordait en 2011, Mintzberg précisait que “la gestion s’apparente davantage à un art, et surtout à l’artisanat, dans la mesure où elle ne s’apprend pas sur les bancs d’école, mais bien en occupant un poste”.

Mais, que faut-il pour bien gérer dans l’action ?

Pour en faire un réel ouvrage de communication l’auteur a effectué plusieurs entrevues sur le terrain auprès de gestionnaires de milieux et d’échelons variés. La présentation de sa recherche et les conclusions qu’il en tire donnent un livre au contenu franc et parfois surprenant sur la nature et la portée des responsabilités du gestionnaire.

Selon Mintzberg, le travail d’un gestionnaire est extrêmement complexe et nécessite au total pas moins de 52 qualités! Personne ne les possède toutes…
– Quelles sont alors les qualités essentielles ?
– Comment remédier aux lacunes ?
– Comment arrive-t-on à bien gérer une équipe ?
– Comment être efficace alors que la technologie prend tant de place ?

Le livre de Henry Mintzberg touche-t-il des points cruciaux auxquels les gestionnaires cherchent des solutions? Donne-t-il des clés pour les aider à maintenir l’équilibre qu’exige leur fonction ?

Bref, le Club de lecture Affaires s’intéresse à un livre riche et profond qui devrait apporter beaucoup de matière à réflexion et de vifs échanges.

Vous n’avez pas de temps à perdre?

Joignez-vous au prochain rendez-vous du Club de lecture Affaires le 20 août prochain pour un 45 minutes instructif sur la gestion selon Henry Mintzberg.

La défense du livre sera faite par

Patrick Perras

Le panel est constitué de:

Fabienne Fayad, consultante et fondatrice de Entrepreneuses.org

Johanne Landry, consultante en gestion

Mila Araujo, Directrice Assurances personnelles chez Ogilvy & Ogilvy (et stratège Médias sociaux)

L’observatrice

Pascale Baumeister, Auteure de deux livres et coach

 

Joignez-vous à nous sur notre nos réseaux sociaux:

Google+Page Entreprise =  google.com/+Clubdelectureaffaires

PageFacebook = https://www.facebook.com/LectureAffaires

Twitter = @LectureAffaires

LinkedIn Page Entreprise = http://www.linkedin.com/company/club-de-lectures-affaires?trk=biz-companies-cym

 

Si vous désirez recevoir le Club de lecture Affaires à votre événement (conférence, symposium, assemblée, etc.) afin de réaliser des podcasts, vidéo-bulles ou autres formats de production de contenu,  communiquez directement avec Micheline Bourque. via micheline@michelinebourque.com.