La confiance en soi, de Charles Pépin vue par Caroline Clément

Philosophe, romancier, professeur, Charles Pépin a écrit au total une douzaine d’ouvrages. Ses thèmes de prédilection ? L’échec, la joie et la confiance. Des notions qui se croisent, s’entremêlent, se répondent. Arrêtons-nous un instant sur la dernière, qui a fait l’objet d’un essai publié en France aux éditions Allary. Son titre : La confiance en soi, une philosophie.

Avoir confiance en soi n’est pas inné. C’est une qualité dont on aimerait tous être dotés. Se sentir à l’aise en toutes circonstances, riche en compétences ; ôter définitivement nos doutes de l’esprit, ne plus redouter l’avis négatif de l’entourage, ne pas craindre l’erreur, le faux-pas. Qui ne rêve pas d’évoluer dans ce confort-là ?

Charles Pépin est là pour nous guider, non pas d’une manière infantilisante mais, au contraire, adulte et inspirante. Quand la confiance en soi vacille, que le déséquilibre menace, il est bon de se frotter à quelques-unes de ses recommandations. La vie est bien faite et l’auteur, qui sait que la confiance en soi n’est jamais acquise vraiment, se charge de nous en parler avec clarté, simplicité et sensibilité.

“On ne naît pas confiant, on le devient”

Avoir confiance en soi, ce n’est pas avancer en aveugle. Ce n’est pas supprimer l’échec, ni anéantir le danger. C’est s’accommoder d’une inévitable part de risque, savoir qu’elle existe, et savoir l’accepter. La confiance transcende. Elle valse avec l’incertitude et se plaît à l’envisager comme autant de « possibles ». La confiance permet ainsi de se réserver une perspective heureuse. Élan vital ou d’inspiration religieuse, philosophique ou pratique, elle offre, littéralement, un bonheur d’existence.

« Une source de joie »

« (…) La confiance en soi est toujours en même temps une confiance en autre chose que soi. » Et l’auteur de poursuivre, citant la psychanalyste Anne Dufourmantelle – décédée en 2017 en sauvant des enfants de la noyade – : « La confiance en soi n’existe pas. » Comment ? « La confiance en soi vient d’abord des autres. » Qu’on nous confie une mission de la plus haute importance, que nos compétences soient ainsi reconnues, et notre confiance en nous en sera renforcée. Elle est, nous assure l’auteur, « une source de joie ».

Si les coachs inventent des recettes, Charles Pépin s’en tient ici à quelques règles de bon sens. Pour gagner en confiance, l’idéal serait, selon lui, de cultiver les bons liens, mais aussi de s’entraîner, de s’écouter ; mais encore de savoir s’émerveiller, décider, mettre la main à la pâte. Si passer à l’acte est une nécessité, savoir admirer en est une autre – votre vedette ou votre sportif préféré par exemple. L’essentiel étant de rester fidèle à son désir et, finalement, de faire confiance au mystère.

Le mystère ? Pour élucider celui de la confiance en soi, Charles Pépin se tourne enfin vers les sagesses antiques et les philosophes modernes comme Emerson, Nietzsche ou Bergson, puis vers la psychologie et la psychanalyse. Vaste et riche programme, dont on sort grandi.

Caroline Clément, collaboratrice du Club de lecture Affaires et rédactrice au Lire l’entreprise à partir de Nantes, France.

Clara Gaymard et Gonzague de Blignières de Raise

Clara Gaymard est co-fondatrice de RAISE.

Clara a été Présidente et CEO de GE France de 2006 à 2016, et a auparavant occupé différentes fonctions au sein de la haute administration, notamment celle de Présidente de l’Agence Française pour les Investissements Internationaux.

Elle est également Présidente du Women’s Forum depuis 2015, et auteur de romans et d’essais, dont Faut qu’on parle publié en 2016.

Clara Gaymard et Gonzague de Blignières ont lancé en mars 2018 le Mouvement pour une Economie Bienveillante.

 

Gonzague de Blignières est co-fondateur de RAISE.

Ancien Président du Comité de surveillance d’Equistone France, Gonzague a fondé et présidé Barclays Private Equity et co-présidé Barclays Private Equity Europe. Il a été également le Président de l’AFIC (Association Française des Investisseurs de Croissance – devenue France Invest) de 2005 à 2006.

Il exerce le métier d’investisseur depuis près de 40 ans.

Gonzague de Blignières et Clara Gaymard ont lancé en mars 2018 le Mouvement pour une Economie Bienveillante.

Communiqué : Apprendre sur la bienveillance en entreprise via un Sommet et un Magazine

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Pour diffusion immédiate

3e Édition du Sommet du livre Affaires – La bienveillance en entreprise dès septembre 2018

Lancement du Magazine du livre et des affaires dès octobre 2018

Montréal, été 2018 – Le Club de lecture Affaires annonce la tenue de la 3e édition du Sommet du livre Affaires dès le lundi 17 septembre 2018 et le lancement d’un Magazine du livre et des affaires prévu pour octobre 2018.

Cette 3e édition du Sommet du livre Affaires portera un regard sur la bienveillance en entreprise et présentera des auteurs ayant publié sur le sujet et ainsi que des invités spéciaux qui s’y connaissent.

La bienveillance est à l’évidence un terme dont on entend et entendra de plus en plus parler. En France, le terme bienveillance est couramment utilisé. Plusieurs auteurs y ont consacré des ouvrages pour mettre à l’avant plan le concept de la bienveillance, cette approche qui peut permettre aux entreprises et aux individus d’atteindre de nombreux buts, dont ceux liés à la transformation du milieu du travail et des entreprises en général. Au Québec, nous pensons que le mot sera de plus en plus en vogue à compter de l’automne! Des livres sur le sujet d’auteurs connus au Québec sont attendu!

Ce sommet, produit en étroite collaboration avec notre vice-président, Europe francophone, Patrick Coquart, présentera des auteurs de grande qualité. À ces auteurs, s’ajoutent des invités spéciaux de renom qui connaissent également très bien la bienveillance.

Pourquoi s’intéresser à la bienveillance en entreprise et comment en faire une approche gagnante? C’est à ce type de questions que nous tenterons de répondre en proposant aux abonnés des lectures pertinentes et de participer à un panel en direct le 11 octobre 2018, qui réunira des panélistes de France (Patrick Mercier, Patrick Coquart, un auteur) et du Québec. (Olivier Schmouker, Nathalie Sabourin) qui s’intéressent de façon sérieuse à ces questions.

Pour se procurer un des forfaits, c’est ici

Pour voir l’information sur les livres et bio auteurs, cliquez ici.

Pour voir le programme du Sommet du livre, c’est ici.

Magazine du livre et des affaires

Couverture Magazine BienveillanceLe Magazine, publié en version numérique trimestriellement, réunira pas moins de 20 articles sur la bienveillance en entreprise. Des auteurs, des experts et des invités jetteront un regard percutant sur les différentes nuances de la bienveillance tout en fournissant d’excellentes pistes de lecture pour permettre aux lecteurs d’approfondir les sujets.

Parmi les auteurs et experts qui ont accepté notre invitation:Jean-Pierre Brun, Pierre Portevin, Isabelle Bourgeois, Yvon Chouinard, Jocelyn Pinet, Nathalie Sabourin, Anne Choquette, etc.

Ceux qui choisiront de s’abonner au Sommet sur la bienveillance et le Magazine auront tout en main pour se faire une tête sur la bienveillance et comment elle peut aider à toute sorte de niveaux. Non seulement, ils y trouveront des références de livres, des articles de sources sûres, mais aussi  d’excellentes références pour poursuivre l’apprentissage.

Pour se procurer un forfait, c’est ici

Pour voir le visuel du magazine, c’est ici.

Pour plus d’info, c’est ici

Nos auteurs invités

Dominique Steiler, Professeur à Grenoble et responsable de la Chaire Mindfulness.

François Jost, La méchanceté en actes à l’ère numérique

Pierre Portevin, Mon meilleur ami, c’est moi

Laurence Bourgeois, La théorie du grain de sable

Franck Martin, auteur, Managez humain c’est rentable

Juliette Tournand, auteur: La Bienveillance en action

Nos invités spéciaux

Patrick Mercier, CEO, Agence Change, créateur de l’indice de bienveillance des marques

Nicolas Chabanne, fondateur de la marque, C’est qui le patron!

Olivier Schmouker, chroniqueur au Journal les Affaires

Clara Gaymard et Gonzague de Blignières, de Raise

Nathalie Sabourin, consultante et expert en co-développement.

 

À propos du Club de lecture Affaires

Jusqu’à maintenant, le Club a produit divers contenus et promu de plus de 130 auteurs et 150 ouvrages du Québec/Canada, de France, de Belgique et des États-Unis tant sur le web que lors d’événements en présentiel à Montréal et ailleurs. Aussi, le Club collabore de façon régulière avec des organisations professionnelles pour mettre en valeur le livre comme outil d’apprentissages.

« Je rêve de faire du Sommet du livre Affaires un véritable carrefour d’échange et d’apprentissage autour du livre d’affaires qui saura rayonner partout dans la francophonie », précise avec enthousiasme  Micheline Bourque, présidente et fondatrice du Club de lecture Affaires.

Cet automne, le Club du livre Affaires parcourra différents horizons via des collaborations avec plusieurs organisations et ordres professionnels, notamment avec un présence au Congrès de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Le Club bonifiera son offre aux membres en 2018-2019.  Des annonces seront faites plus tard à l’automne à cet effet.

-30-

Source : Micheline Bourque, Présidente fondatrice

Club de lecture affaires

Tél. 514 248.4588

micheline@clubdelectureaffaires.com

Principales plateformes du Club de lecture Affaires

Site web du Club de lecture Affaires

Facebook: Page Entreprise Club de lecture Affaires

Twitter  @LectureAffaires

YouTube @clubdelectureaffaires (plus de 220 vidéos)

Caroline Clément, chroniqueuse de livres en entreprise

Mon entreprise : Chronique Livres en Entreprise

Mon slogan d’entreprise : Chronique Livres, ou comment mieux lire l’entreprise

Dans mon milieu ou auprès de mes clients, je suis connue pour …

La qualité de mon écoute, mais aussi pour mon goût de l’écrit, des mots, et mon attachement à la richesse de la langue française.

Ce que je développe ou ce qui me passionne en ce moment dans ma profession est…

De promouvoir le livre et la lecture : être actrice à part entière de la chaîne du livre ! J’ai été libraire durant douze ans au sein d’une grande librairie indépendante française et j’aime toujours autant rencontrer, partager, échanger et bien sûr, au-travers du livre, susciter l’envie et la curiosité.

Mes sources privilégiées d’information d’affaires sont…

Les livres, les revues et journaux spécialisés, les sites internet des maisons d’édition, les recommandations de mon réseau.

En littérature d’affaires mes goûts vont vers…

Les sciences humaines : sociologie, philosophie, psychologie… Parce que l’entreprise est une affaire pleinement humaine !

Un livre d’affaires qui m’a beaucoup marqué est :

Un monde meilleur : et si lintelligence artificielle humanisait notre avenir ?, d’Hervé Cuillandre, aux éditions Maxima.

Face à un avenir digital qui a de quoi inquiéter les femmes et les hommes au plus haut point, l’auteur défend avec force et conviction une humanité qui doit s’affirmer sans délai, qui a toutes les cartes en main pour composer intelligemment avec, et non contre, la robotisation et la digitalisation.

J’ai moi-même écrit un livre : Devenir, un chemin de vie, éditions Coiffard, 2010, biographie co-écrite avec Sylvain Lejeune, chef d’entreprise à Nantes. Ce livre est le témoignage d’une ascension professionnelle, d’une réussite personnelle et familiale.

Les qualités que j’admire le plus chez les entrepreneurs et chef d’entreprises

J’admire leur persévérance, leur énergie chaque jour renouvelée, leur art de s’entourer des bonnes personnes, leurs valeurs quand ils parviennent à les défendre, la pérennité de leurs entreprises.

Expression préférée

Un livre en cache toujours un autre.

Ma contribution au Club de lecture Affaires

Je propose de rédiger régulièrement quelques chroniques sur des livres récents, traitant de l’actualité des problématiques rencontrées en entreprise (écologie humaine, intelligence collective, management…). Les thèmes sociologiques, psychologiques, philosophiques retiennent tout particulièrement mon attention.

Mon site Web : https://lirelentreprise.com/

La meilleure façon de rester en contact avec moi :  alacle@live.fr et site internet.

 

Magazine du livre et des affaires – contribuer un article

Le concept du Magazine du livre – info pour proposer un article

Le concept du magazine est très simple, soit de mettre de l’avant des auteurs, des livres, des experts, des lecteurs et d’autres acteurs du milieu du livre en provenance de différentes régions du monde francophone dans le but de créer un intérêt pour la lecture et les livres d’affaires (gestion, économie, ventes, marketing, etc.) sans oublier le développement professionnel ou personnel.

Chaque édition du Magazine réunira des articles qui mettent en valeur un bon nombre d’ouvrages et autres contenus sur une même thématique.  Le magazine sera publié sur une base trimestrielle.

Pour cette première édition, nous proposerons à nos lecteurs une édition consacrée au thème de la bienveillance qui réunira des collaborateurs, auteurs, experts etc en provenance du Québec, de France et d’ailleurs.

Une invitation à contribuer un article sur la bienveillance.

Le Magazine fournira aux lecteurs des références de livres et des contenus connexes lui permettant d’avoir une première appréciation d’un sujet plus complexe.

Chaque article sera publié dans un format de deux pages qui contiendra différents espaces de contenu :

  • Espace pour une photo de l’auteur, et les coordonnées + courte biographie.
  • Espace pour image du livre
  • Espace pour un article: 600 à 800 mots
  • Espace pour des références supplémentaires (lien à site web, titre d’un ouvrage ou article, lien à YouTube). Des informations permettant aux lecteurs d’approfondir le sujet
  • Lien pour acheter l’ouvrage. (Coop HEC Montréal)

Sur quoi écrire ? Une table des matières collaborative

Voici les grands thèmes du sommet. Vous pouvez vous en inspirez. Ou communiquez avec moi pour discuter de vos idées. Nous afficherons les titres d’articles sur un Google Docs au fur et à mesure, comme ça, vous pourrez suivre l’évolution. Vous pouvez télécharger le programme en cliquant ici

  • Qu’est-ce que la bienveillance ?
  • La bienveillance en entreprise est-elle une option réaliste ?
  • La bienveillance est-elle une question de gestion/management ou bien plus ?
  • Comment passer de la théorie à la pratique?
  • Comment devenir une entreprise bienveillante ?

Voici quelques noms de gens, (auteurs, experts, etc.) qui ont dit oui!

Bien sûr, moi-même, Patrick Coquart, Vice-président Europe francophone et une nouvelle collaboratrice de France, Caroline Clément, nous comptons tous mettre les mains à la pâte!

Faites vous une idée, appelez moi pour en discuter.

Info-contacts

Micheline Bourque

Présidente et fondatrice

514-248-4588

micheline@clubdelectureaffaires.com

En savoir plus sur le Club de lecture Affaires, ici

 

 

 

André Lavigne présente Chris Voss : Never Split The Difference

Never Split The Difference: Negotiating As If Your Life Depended On It de Chris Voss

André Lavigne

André Lavigne

Ne jamais couper la poire en deux! Voici un ouvrage sur la négociation qui présente le sujet sous un angle différent. L’auteur, Chris Voss a choisi d’ajouter une composante émotive à des outils et techniques de négociation.

Voici mon survol du livre avec les concepts les plus intéressants et mes commentaires de passionné de la négociation.

 

Qui est Chris Ross?

L’auteur a été négociateur en chef pour le FBI dans l’unité de négociation de crise (CNU, Crisis Negotiation Unit); d’où l’aspect de vie ou de mort en cas d’échec ou encore l’impossibilité de ramener vivant seulement la moitié d’un otage (sic).

L’auteur est fondateur de la firme-conseil  Black Swan Group, spécialisée en formation, accompagnement et recherche en stratégies de négociation. Il partage dans ce livre des exemples de situations de crise et donne une perspective d’apprentissage et de meilleures pratiques applicable dans vos défis quotidiens, car, je le cite: la vie est négociation.

La question à laquelle on veut une réponse en débutant la lecture de ce livre est : Comment des techniques de négociation utilisées par les agences de contre-terrorisme et d’unités policières spécialisées peuvent-être pertinentes ou seulement réalisables afin d’atteindre notre objectif?

Points saillants

D’abord, l’auteur utilise des exemples de situations de crise afin d’expliquer la genèse de ses nouvelles méthodes qu’il propose.  Au cœur de ces outils, un concept de base :  Plutôt que de séparer les émotions du cours de la négociation, il privilégie l’utilisation d’émotion comme levier, car à l’instar d’une crise de prise d’otage l’émotion est toujours présente. Le désir de ne pas se faire abattre par des snipers est similaire à celui de ne pas perdre son emploi parce qu’on est dans les deux cas trop agressif dans la négociation (à des niveaux différents évidemment).

Cette façon de voir la négociation va à l’encontre des grandes théories développées par Roger Fisher et William L. Ury dans le livre : Getting to Yes (Comment réussir une négociation).  Ces théories reprises, enseignées au programme de négociation au Harvard Law School sont pratiquées depuis près de 40 ans et ce, partout au monde. Des concepts similaires, dans une pléiade d’ouvrages de ce genre font référence à ce qu’on appelle la négociation raisonnée (en mettant les émotions de coté et l’emphase sur les faits et le coté rationnel de la prise de décisions).

Aperçu de concepts clés pour réussir ces négociations

Parmi les concepts permettant de mettre en pratique l’utilisation d’une psychologie orientée résultat, le premier concept est l’établissement du rapport avec l’autre partie.  Plusieurs techniques sont décrites avec exemples et études à l’appui :

  • ChrisVossDevenir le miroir de l’autre afin qu’il se reconnaisse en nous.
    • Cette technique, utilisée avec calme et maîtrise de ses propres émotions, permet de créer un climat de confiance où le dialogue devient possible. L’auteur propose d’utiliser un timbre de voix similaire à un animateur radio de fin de soirée.
  • L’empathie tactique est une façon de comprendre l’autre (se mettre dans ses souliers), mais en utilisant l’intelligence émotionnelle, transformer la perception de l’autre et lui faire accepter notre réalité. Et de ce fait, gagner la permission de persuader.
    • Ce qui nous fait réfléchir sur la question : est-ce que persuader c’est manipulé? Selon l’approche de l’auteur,  ce n’est pas le cas si on met la personne en priorité et lui fait accepter notre réalité. Alors l’autre se persuadera lui-même, ce qui est différent de la manipulation dont l’objectif est de nous faire gagner sans considération des conséquences pour l’autre.
  • Apprendre à apprécier. Se faire dire non est souvent de ce que nous avons le plus peur dans une négociation alors que l’apprivoiser nous permette de conclure avec plus de succès et de facilité.  Souvent on utilise une technique de questions demandant un oui pour créer un environnement positif alors qu’un non engage la conversation et ainsi rends l’autre plus confortable, en sécurité et en contrôle, car on accepte qu’ils nous disent : « attend, je ne comprends pas » ou encore « je ne suis pas prêt ».
  • L’importance d’être en synchronisation avec notre équipe. Pour  conclure une négociation, tous les membres de notre équipe doivent être au courant de notre stratégie afin d’éviter des messages contradictoires (ou simplement différents) qui feront échouer nos discussions.
  • N’abandonnez pas, l’autre partie ne le fera pas. Allez jusqu’au bout, car un compromis n’est jamais un résultat positif ni pour un ni pour l’autre.  L’auteur donne deux exemples: il est impossible de ramener la moitié d’un otage ou si vous voulez porter des souliers noirs et votre épouse veut que vous portiez des bruns alors un soulier de chaque couleur ne sera jamais un compromis acceptable.
  • Cherchez à connaître toute l’information possible et surtout l’information que vous ne vous attendez pas à trouver possible. L’auteur nomme ces informations des cygnes noirs (Black Swan, d’où le nom de son entreprise) en référence à ce que l’on croyait impossible de trouver.  En effet, au 17e siècle, personne en Europe n’avait vu autre chose que des cygnes blancs et ce n’est que lors du voyage en Australie-Occidentale d’un explorateur hollandais que le premier cygne noir a été aperçu et répertorié.

Conclusion

En réponse à la question initiale ; oui, les techniques et les outils utilisés pour régler des crises sont pertinents lors de nos négociations courantes. Cependant, à la lumière des exemples et des études citées par l’auteur, elles apparaissent essentielles. L’utilisation des émotions comme levier de compréhension de l’autre ainsi que l’utilisation d’éléments d’informations qui l’affecte dont primordiales pour lui permettre de voir la solution du même angle que nous.

Verdict

Je suis en accord avec l’auteur sur l’ensemble des techniques, car elles sont alignées aux enseignements de la programmation neurolinguistique auxquels j’adhère et j’utilise dans ma pratique.  Je suggère la lecture de ce livre après avoir lu Getting to Yes afin d’avoir une perspective globale ( raison ET émotion) pour augmenter votre succès dans vos négociations.

Personnellement, et peut-être comme vous, je me dois d’arrêter de juger trop rapidement un livre par son titre.  C’est la deuxième fois que je me fais prendre à ce jeu (la première fois étant Convaincre en 90 secondes, ou moins un livre fantastique sur comment établir le rapport à l’autre). Je n’ai trouvé que la version anglaise, je ne serais pas surpris de voir une version française sous peu. Bonne lecture.

André Lavigne

Pour en connaître davantage, cliquez sur ce lien  André Lavigne