L’appréciation du livre à succès “En avant toutes” de Sheryl Sandberg par le Club de lecture Affaires a eu l’effet escompté, les échanges ont été riches, les points du vue solides et même opposés! Un panel à la  hauteur des attentes.  La moyenne des notes accordées au livre est de 3.8 sur 5. Un bon résultat toute chose considérée, mais il y a des pours et des contres.

Voici quelques éléments tirés de leur échange pour vous donner le goût d’en savoir davantage et d’aller écouter nos panélistes.

Pour visionner le Panel en action, activez la vidéo tout simplement.

Stéphanie Le Rouzic –
D’entrée de jeu, Stéphanie Le Rouzic, qui a recommandé cet ouvrage au Club, souligne qu’il ne s’agit “pas de la grande littérature d’affaires, par contre ce livre joue un rôle de déclencheur. Si ce livre est devenu un phénomène c’est qu’il touche certaines cordes sensibles, l’une des plus fortes étant “les préjugés dont il faut se défaire”, retient Mme Le Rouzic. Pour elle, l’expérience personnelle que partage l’auteure permet d’atteindre les femmes afin de travailler sur leur estime de soi et vient dire aux hommes pourquoi il faut appuyer les femmes. “Plus il y a de monde, plus il y a de débats… plus on y gagne tous. La diversité de point de vue garantit de bien meilleurs résultats”, souligne-t-elle.

Paule Genest
“Ce livre devrait être lu par ceux et par celles qui sont à la croisée des chemins… C’est un livre de référence pour aller puiser une certaine sagesse. J’en ai tiré plusieurs leçons.” L’entrepreneure retient cette phrase de Mme Sandberg en particulier, “Que feriez-vous si vous n’aviez pas peur?” Le livre a été par ailleurs un tremplin qui a mené à la création d’une communauté internationale et c’est cette communauté de femmes qui vient bonifier le message de l’auteure.

Jeanne-Estelle Thebault –
“Ce que j’aime dans ce livre c’est qu’il est bien balancé. Il traite de nombreux points et ne donne pas de recettes. Il parle des barrières intérieures sans être un ouvrage accusateur”. Au cours de l’échange Jeanne-Estelle Thebault précisera qu’en effet, “les femmes n’osent pas prendre de risques.” Comme Mme Genest, elle a beaucoup apprécié la question que Mark Zuckerberg a posé à Madame Sandberg, “Que feriez-vous si vous n’aviez pas peur”. On devrait tous se la poser. Il faut aussi se rappeler que mieux vaut terminer quelque chose que d’attendre la perfection, toujours en rappel des propos de l’auteure.

Jean-Baptiste Audrerie –
Seul homme à faire partie de cet échange et un habitué du Club, Jean Baptiste Audrerie a terminé sa lecture en constatant “qu’hélas la situation des femmes n’avait pas évolué.” Il s’attendait à davantage de la part de la numéro deux de Facebook… Mais “comme grande sœur, mère courage, elle est bonne”. Il constate donc que le poids des étiquettes est lourd et qu’il y a encore du chemin à faire, mais comme le dit Sheryl Sandberg “Tout le monde peut progresser”. Il croit que d’autres livres qui parlent de la situation des femmes mériteraient plus d’attention et ont plus à offrir en terme d’arguments et de message.

Chanel Alepin – observatrice

Invitée comme observatrice, Chanel Alepin, avocate, a écouté attentivement les échanges. Les points de vue qui ont été émis par les panélistes lui ont permis de constater que la lecture du livre ne lui apprendrait “pas plus que ce qu’elle ne sait déjà”. Elle se sent déjà outillée, mais souligne que le livre de Mme Sandberg fait œuvre utile “pour celles qui doutent.” En réponse, Jeanne-Estelle Thebault souligne justement que des femmes refusent des postes plus importants parce qu’elles doutent d’elle-même. Pour Stéphanie Le Rouzic le fait qu’une femme de son calibre ait eu peur, et qu’elle le partage la rassure.

Bref, notre panel avait beaucoup à dire de même que les participants au “hangout” qui ont pu faire leurs commentaires en direct.

Pour vous faire une bonne idée de cette lecture, Micheline Bourque vous invite à visionner cette rencontre entre entrepreneurs. “Le livre est incroyablement bien documenté et met bien des sujets à l’ordre du jour comme le mentorat, le leadership, le perfectionnisme, le féminisme, la conciliation travail-famille, le plafond de verre et même le choix de se retirer “to lean out” ou d’aller de l’avant “to Lean in”. Comme Jeanne Estelle et Stéphanie, c’est ce que le livre a provoqué qui est remarquable et sa vraie réussite. Discuter des rapports hommes-femmes, c’est un sujet fort pertinent, mais le livre s’adresse à toute personne qui veut aller plus loin!

Joignez-vous à nous sur notre nos réseaux sociaux pour nous faire part de vos commentaires:

Pour visionner la vidéo sur la Page Événement de Google+ et commenter, cliquez sur ce lien: En Avant Toutes, Revue par le panel du Club de lecture Affaires

Nous sommes aussi présents sur les réseaux suivants:

Google+Page Entreprise =  google.com/+Clubdelectureaffaires

PageFacebook = https://www.facebook.com/LectureAffaires

Twitter = @LectureAffaires

LinkedIn Page Entreprise Club de lecture Affaires

 

Si vous désirez recevoir le Club de lecture Affaires à votre événement (conférence, symposium, assemblée, etc.) afin de réaliser des podcasts, vidéo-bulles ou autres formats de production de contenu, communiquez directement avec Micheline Bourque. via micheline@michelinebourque.com.