Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/michhprg/public_html/wp-content/themes/Divi/epanel/custom_functions.php on line 604
Des Podcasts au eCOMMTL qui font découvrir des livres étonnants!

Des Podcasts au eCOMMTL qui font découvrir des livres étonnants!

Podcast-Club-Lecture-Affaires

Podcast-Club-Lecture-Affaires

Notre passage au eCOMMTL a eu l’effet d’une dose d’énergie intergalactique débordante pour le Club de lecture Affaires. Avec Suzanne Leclair, avocate branchée chargée des aspects techniques des podcasts, Camille Price Piché à l’animation des réseaux sociaux et Micheline Bourque, fondatrice du Club de lecture Affaires,  au micro pour les entrevues et sur le plancher à accueillir nos invités, les curieux. #apprendreensemble n’a jamais été si excitant et si inspirant!

La journée a débuté avec l’arrivée de notre gagnante de l’entrée gratuite, notre panéliste du  Bas-St-Laurent, Cindy Rivard. On commence notre podcast, et soudainement,  nous sommes bouche-bée car arrivent sur les lieux du kiosque, Philippe Fehmiu et Eileen Bastianelli, deux des grands invités du eCOMMTL. Ils trouvent notre concept génial et acceptent de faire un podcast avec nous. Philippe Fehmiu avec son énergie et sa grande vivacité d’esprit nous parle d’un livre, La Femme Digitale, de Isabelle Juppé (oui, c’est la femme de…). Eileen Bastianelli nous parle de notre concept et de  Social Survival Manifesto de Tom Liacas.  On a tous maintenant envie de lire, encore plus.


[powerpress url= »http://traffic.libsyn.com/clubdelectureaffaires/Club_de_lecture_au_Salon_eComMTL2014.mp3″]

Nos invités pour notre 1er podcast en direct du Salon eComMTL2014

 

Scheherazade Assefsaf, une femme remplie de lumière et d’intelligence!

Conférencière au eCOMMTL, Scheherazade est une perle rare que l’on veut tous pouvoir voir et entendre tellement son intelligence est frappante. Auteure elle-même de quelques livres fort intéressants, elle nous a parlé entre autre d’un livre Business Model, Nouvelle Génération de Alexander Osterwalder et Yves Pigneur. Écoutez le podcast, vous allez apprendre tellement en si peu de temps sur le modèle d’affaires et autres sujets. Femme passionnante!

Antoine Bonicalzi et Cédric Fontaine, des hommes forts et dynamiques!

Ils sont venus nous parler du même livre. Free de Chris Anderson. Écoutez le podcast pour voir comment ils ont retenu des choses très différentes, perspectives complémentaires et combien enrichissantes!

Mathieu Halle, l’homme qui va nous faire grandir!

Mathieu est le fondateur du RCEQ. Si vous ne savez pas ce qu’est RCEQ, aller le découvrir, ça vaut le coup. Mathieu est venu à notre rencontre très préparé. Ils nous a fait découvrir trois livres qui mériteraient tous d’être revus par le panel. L’état du cyber-commerce au Québec de Vallier Lapierre et Yves Leclerc. Écrit en 1996, ou environ, il constitue la preuve historique que le commerce électronique fait partie des enjeux dont on parle depuis fort longtemps. 80-20 de Perry Marshall. Ce livre risque d’être ajouté au Panel car un certain Adrien O’leary, notre panéliste met de la pression! Puis un dernier, Les entrepreneurs à la rescousse de Pierre Duhamel, journaliste très réputé. Là aussi, faut l’ajouter dans nos listes de recommandations. Écouter Mathieu et voyez sa passion de changer les choses!

Notre prochain podcast sera avec nos invités spéciaux:

Stéphanie LeRouzic, une femme de profondeur!

Conférencière, experte en recherche UX, Stéphanie nous a parlé d’un livre que nous avions déjà mis au programme, En avant Toutes de Sheryl Sandberg (Lean IN). Écoutez ce podcast pour découvrir cette perspective très intéressante du rôle de la femme dans les organisations. Merci Stéphanie, on t’ajoute au panel!

Cindy Rivard, une femme charmante, généreuse, de communauté!

Cindy nous parle d’elle, une femme propriétaire de 2 entreprises, mère de 3 enfants, passionnée de communication. Écoutez le podcast pour savoir pourquoi elle a choisi de défendre le livre de juin, Convaincre en moins 2 minutes de Nicholas Boothman.

Dimitri Coll, l’homme qu’on a happé!

Dimitri Coll porte plusieurs chapeaux. En s’asseyant avec nous, nous lui avons demandé de prendre celui de Professeur de marketing au HEC. Que de livres fascinants qu’ils nous a proposé… On va y revenir.

Conclusion

Pour conclure, eCOMMTL est un événement extraordinaire. Nous y avons fait des rencontres formidables. Plusieurs hommes et femmes sont venus nous parler et nous confirmer que la lecture d’affaires, ça intéresse beaucoup de gens!

Merci aussi à Jean-Baptiste Audrerie, un panéliste que nous adorons qui est venu nous saluer! C’est lui qui défendra le livre Stratégie Océan Bleu.

Un merci particulièrement chaleureux et reconnaissant à André Lavigne, co-fondateur de eCOMMTL et Stéphane Ricoul de nous avoir fait une petite place pour vivre une si grande expérience.

Faites circuler notre article.


Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/michhprg/public_html/wp-content/themes/Divi/epanel/custom_functions.php on line 604
Des Podcasts au eCOMMTL qui font découvrir des livres étonnants!

e-COMMTL, entrevue avec le Co-Fondateur André Lavigne

André LavigneL’an dernier, je suis allée au eCOMMTL à la quête d’information sur les tenants et aboutissants du commerce électronique. Il est important pour moi de pouvoir parler de commerce électronique à mes clients avec une meilleure intelligence sur la question et aussi avec un sens du type de ressources qui existent ici au Québec. Les détaillants, petits ou grands, sont confrontés aux nouvelles réalités du marché. Ça frappe dur à certains endroits.  Mais ça résonne fort aussi lorsqu’on arrive à voir l’opportunité que représente le commerce électronique. C’est là que ça devient intéressant. Voici donc mon entrevue avec le Co-Fondateur du eCOMMTL, André Lavigne.

Pourquoi avez-vous créé le eCOMMTL?

On a créé eCOMMTL parce que c’est important de créer un environnement où les gens d’affaires peuvent venir s’informer, apprendre, échanger sur le commerce électronique. Comme le souligne si bien André, <La vitesse d’adoption des commerçants est lente, alors que la vitesse d’adoption du consommateur est plus rapide.>

Les chiffre publiés par le CEFRIO l‘automne dernier le démontre tellement bien. Les Québécois font de plus en plus d’achats en ligne, mais le problème, c’est qu’on achète à l’extérieur du Québec. Très mauvaise nouvelle, on est tous d’accord.

L’enjeu selon André, c’est que les gouvernements regardent le train passé.

<Si j’étais le gouvernement du Québec et du Canada, je nommerai un Ministre du numérique le plus rapidement possible, car il y a une fuite de capitaux épouvantable. On essaie de combattre ce fléau, c’est une des missions de eCOMMTL.>

À qui s’adresse eCOMMTL?

eCOMMTL est une place d’échange, un endroit où on peut soit parler, réseauter ou apprendre par le biais de conférences. <Notre public cible ce sont des gens qui sont en affaires, qui se posent des questions, qui veulent rencontrer des fournisseurs, qui veulent en savoir davantage sur le commerce électronique. Comment ça fonctionne, qu’est-ce que ça comme impact quand on intègre ce nouveau mode de transiger avec l’entreprise. Comment déterminer le ROI de tout ça.>

<Le commerce électronique, c’est très facile à comprendre.  C’est trouver une façon de vendre ces affaires par le biais d’un autre canal. Il ne s’agit pas de changer ces canaux, mais bien d’en ajouter un. eCOMMTL, c’est l’endroit pour jaser de cela.>

Nouveautés, un service de conciergerie et les Pure Players!

Le service de conciergerie est en fait une autre façon de dire, on est là pour vous mettre en contact avec d’autres gens. L’idée est très ingénieuse. Que l’on soit exposant ou participant, si vous désirez discuter ou entrer en contact avec une entreprise ou un fournisseur pour poser les questions que vous avez au sujet du commerce électronique, le service de conciergerie est là pour prendre votre demande. En fait, André Lavigne lui même agira comme maître entremetteur!

Autre nouveauté cette année, la table ronde Pure Player animée par Philippe Fehmiu. Quatre femmes d’affaires ont créé des start-ups et elles viendront nous parler de la réalité de s’aventurer dans un tel projet. Ça risque d’être fort dynamique comme discussion.

Le commerce électronique, un univers très vaste avec plein d’options

Passionné qu’il est, André m’a raconté cette petite anecdote pour expliquer qu’est-ce que le commerce électronique et pourquoi c’est beaucoup plus simple qu’on ne le pense.

Le commerce électronique, ce n’est pas que l’acte de vente finale faite. C’est très vaste le commerce électronique. Ça peut comprendre tout simplement  présenter son catalogue, avoir des formulaires de question et finaliser le tout en personne. On peut avoir un ‘chat’ en ligne pour répondre en ligne. C’est comment être capable d’automatiser certaines fonctions du processus.

<Dans le faits, ce que les gens essaient de recréer, c’est bien simple. On est dans un univers global, mais les gens veulent en fait recréer ce qui existait à l’époque dans le magasin général.>

À l’époque, quand on allait au magasin général,  le marchand savait que ta femme attendait ton 14e enfant et qu’on était rendu au mois d’octobre, donc que tu as besoin de farine, et de mélasse. Le marchand connaissait ton besoin et avait une bonne idée de la quantité dont tu avais besoin. Il faisait aussi le tout en fonction de sa connaissance de tes moyens. Il  ne t’en offrait pas plus que tu ne pouvais assumer. Cela n’était pas à son avantage de trop t’en vendre si tu n’en avais pas les moyens. Le marchand te connaissait.

Avec le commerce électronique c’est un peu ce type de modèle qu’on essaie de reproduire. On essaie de prévoir, qu’est-ce que les gens vont te demander. Cela ne sert à rien d’offrir des choses que les gens n’en veulent pas. Cela ne donne rien non plus de l’offrir à un prix exorbitant. Il n’y a plus de raisons pour que ça coûte plus cher acheter un produit ou service au Québec que ça ne coûterait aux États-Unis. Il n’y a pas d’autres raisons que l’expérience client. Si quelqu’un vit une expérience-client de mauvaise qualité, tant bien acheter n’importe où. Si tu achètes un étui pour ton IPhone chez FutureShop alors que tu peux en avoir 4 ou 5 pour le même prix sur Deal Extreme alors que c’est le même produit, l’expérience client fait toute la différence.

Pour conclure, le défi est le suivant:

<L’idée c’est de transférer l’expérience-client, avec ta façon de lui parler, d’être en relation avec, c’est ça les affaires électroniques.>

Serez-vous de la partie le 24 avril prochain au Palais des Congrès, venez nous rencontrer. D’ailleurs le Club de lecture Affaires sera également présent pour parler livres d’affaires!